Morgan Sportès

lettre Ouverte à monsieur Olivier Schrameck, président du CSA, au sujet de la censure exercée par les médias contre mon roman LE CIEL NE PARLE PAS (Fayard)

jeudi 19 octobre 2017.

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DU CSA (conseil de surveillance de l’audiovisuelle) monsieur OLIVIER SCHRAMECK

Cher Monsieur

Mon nom ne vous dira rien. Je me présente donc. Je suis romancier. J’atteins l’âge canonique de 70 ans. J’ai publié à ce jour vingt livres, dont deux ont été portés à l’écran (non des moindres, l’APPÂT, filmé par Bertrand Tavernier, a obtenu l’Ours d’or à Berlin en 1995). Mon livre TOUT, TOUT DE SUITE (prix interallié en 2011 et lui-même porté à l’écran) a rencontré un vaste public (50 000 exemplaires en édition brochée, compte non tenu du poche donc) et a été salué par nombre d’intellectuels prestigieux : feu Simon Leys, Bertrand Tavernier, Edgar Morin etc. Ce livre porte sur l’affaire Ilan Halimi. Cela n’a pas empêché madame Sandrine Treiner (actuelle présidente de France culture) de prendre à partie violemment Bertrand Tavernier, lors d’un débat (au salon Quai du polar à Lyon, fin mars 2012) parce qu’il prétendait dire du bien de Tout, tout de suite. Bertrand Tavernier l’a rembarrée violemment : « Madame vous êtes sans doute très intelligente et moi très bête, car moi j’aime ce livre »). La scène est publique, donc vérifiable. Simon Leys m’a écrit à propos de mon livre : « Lecture terrifiante : existe-t-il encore une civilisation européenne » (de la part d’un homme qui a vu détruire la civilisation chinoise, cela en dit long). Le même mois, le 9 mars 2012 (et en mon absence là encore) Monsieur Raphaël Sorin, lors de l’émission La Dispute (et avec la bénédiction d’Arnaud laporte) a déclaré : « Sportès c’est répugnant... on ne voit pas pourquoi les gens liraient ça... Le roman (français) est à bout de souffle... Sportès c’est pas un révolté... C’est un piéton lamentable de la réalité ». Ce sont les derniers mots (auquels je ne répondis pas, le succès de mon livre me semblant la meilleure réponse) qui se seront dits à mon propos sur les ondes de France « culture ». En effet __ et ici se trouve le motif de cette lettre__ mon livre LE CIEL NE PARLE PAS (sorti fin août 2017 chez Fayard, et portant sur la destruction du christianisme au Japon, au début du 17ème siècle, livre qui m’a demandé des années de recherche) a totalement été exclu de cette rentrée littéraire (pas une télévision, pas une radio __même France-culture donc__ pas un article conséquent dans la presse à ce jour, mis à part dans Marianne et la Quinzaine littéraire (ci-joints) deux articles écrits par deux amis qui connaissent depuis longtemps mon œuvre. Cela constitue pour moi un préjudice grave car, très bien mis en place au départ, ce livre, privé de soutien médiatique, commence à être retiré des vitrines et des étals. Est-ce parce que ce livre (LE CIEL NE PARLE PAS) est très mauvais ? (ça n’est l’avis ni de Jean-Claude Michéa, ni de Bertrand Tavernier, ni d’Edgar Morin qui l’ont lu). Ou avons-nous affaire à une sorte de nouvelle « révolution culturelle » (inspirée par on ne sait quelle obscure et obscurantiste idéologie) dont madame Sandrine Treiner ne serait qu’un pauvre et pathétique porte-voix (une sorte de Chiang Ching ?) Cette lettre cher monsieur pour vous prier humblement d’examiner ce problème et vous faire part instamment de mon désir de parler (sans faire de polémique) de mon livre LE CIEL NE PARLE PAS au moins sur les ondes de France-Culture ( dans ces temps sinistres où ce qu’on propose au public ce sont les Cyril Hanouna et consorts, on peut se demander pourquoi on censure ainsi un écrivain français qui consacre sa vie à l’étude et à l’écriture : je joins à la présente quelques pages de la revue ATELIER DU ROMAN (septembre 2016) où j’évoque les personnalités prestigieuses qui m’ont lu, apprécié et qui m’en ont écrit, dont Claude Lévi-Strauss). Je m’apprête à demander asile politique à la Corée du Nord. Avec mes respects

Morgan Sportes (j’ai failli signer Mikhail Boulgakov)


Forum